C’est avoir accès au vivant et à son intelligence à travers sa respiration, son souffle, ses mouvements, ses pensées, ses actes, sa parole. C’est transpirer l’intelligence du vivant en étant soi-même. Conscient, présent, joyeux. L’univers commença par un grand éclat de rire. L’intelligence du vivant décida de s’expérimenter elle-même. Par le fruit du hasard et d’une logique cosmique bien plus grande qu’elle encore. Elle se scinda, puis continua à se dilater, à grandir en se divisant, en créant pleins de petits elle, ayant la sensation d’être des individus. Nous les humains. Il y eu beaucoup d’autres êtres vivants avant. Animés ou inanimés. Tels des pierres, des arbres, des fleurs, des animaux. Puis enfin nous. Humains hautement conscient de nous même et pourtant si absents à l’intelligence cosmique qui relie toutes les choses entre elles. Comme des cellules qui auraient conscience d’elles-mêmes sans percevoir qu’elles font partie du même corps. La métaphore s’applique à un ardéchois et à un brésilien. Deux cellules distinctes comme celle de mon genoux et celle de mon nez. Parties d’un même corps.

Cette conscience cosmique est accessible à tout moment en utilisant l’intuition, lorsqu’elle part d’un endroit aligné, centré et joyeux à l’intérieur de soi. En entrant en contact avec elle, on peut sentir une chaleur, une paix, une activation de la zone du cœur. Un début ou parfois un déluge de joie sans cause. C’est l’indice, la boussole intérieure : c’est la supraconscience, l’intelligence du vivant qui parle.

Contacter l’intelligence du vivant, la joie sans cause, cela se produit au détour d’une blague, au détour d’un moment heureux. Lorsque je la cherche et aussi lorsque je ne la cherche pas. Un ami bouddhiste m’expliquait qu’une méditation réussie aboutissait à l’apaisement des pensées. Au bout de cet apaisement apparaît un lac intérieur si calme, qu’à sa surface lisse peut se refléter la vérité. J’ai mis du temps, des années à comprendre ce qu’il voulait dire. Il s’agit – à l’aune de ma compréhension actuelle du monde – des intuitions qui surviennent dans cet espace. Elles passent par mon intellect. Par mon mental. Mais pas mon mental émotionnel ou conditionné, elles passent par mon mental inspiré. Le mental supérieur. Et dans cette méditation, qui n’a pas du tout besoin d’être rigide, verticale et laborieuse, qui peut être au contraire, en mouvement, dynamique, jouissive, délicieuse, légère, spontanée, sur mon tapis, dans mon jardin, pendant une ballade ou même en faisant la vaisselle, soudain : la paix. Et dans cette paix, une idée, des mots, un souvenir. Si tu ressens le signal dans ton corps, de la joie, de la paix ou de l’alignement. Alors sois attentif, c’est l’intelligence du vivant qui parle. Écoute bien. Il ne s’agit que de penser et de laisser faire. Les informations viennent parfois sur des sujets banals, triviaux. Parfois ce sont des intuitions fulgurantes et profondes, des éclaircissements sur des sujets d’importance.

Et si je vie une émotion, si je suis stressé, si je suis fatigué. Puis-je parler avec, écouter l’intelligence du vivant tout de même ? Oui bien sûr. Il s’agit de s’accueillir, d’accueillir son état, ses sensations physiques. De les observer avec cette qualité de conscience-témoin, comme pendant une méditation où je me regarde en train de vivre, d’expérimenter ce que je suis en train de vivre. L’émotion se libère d’elle même si je laisse mon corps exprimer ce qu’il cherche à exprimer. Il s’agit d’accueillir les mouvements spontanés, les sensations physiques, le chaud, le froid, les contractions, les redressements, les vibrations, les pleurs parfois. C’est le corps qui libère. C’est le corps qui dit, qui vie ce qu’il a à dire. Ce qu’il n’a pas pu dire avant. Et au bout de cela c’est la libération. Le retour à soi, au centre, à l’intelligence du vivant . La tristesse devient joie. La colère devient puissance. La peur devient sagesse. La honte s’apaise. Et toutes les myriades d’émotions douloureuses se transforment. C’est l’Alchimie Émotionnelle. Dans ce nouveau centre. L’intelligence du vivant parle. Écoute. Et grande nouvelle, même si ceux qui prient le savent : elle répond. Tu peux poser n’importe quelle question et obtenir une réponse sage et éclairée. Une réponse divine. Sous réserve qu’elle vienne du centre. Du cœur. Du soi essentiel et connecté à cette union première que la dimension spirituelle de nous même n’a jamais oublié. C’est la Sagesse Intérieure.

On est loin d’une spiritualité dictée par les livres. Figée dans le passée. Je vous propose d’en faire l’expérience. Chez-vous. Asseyez-vous et conversez avec l’intelligence du vivant présente en vous. Posez vos petites et vos grandes questions. Libérez votre corps. Accueillez vos émotions. Faite l’expérience de la spiritualité… naturelle. Spontanée. Douce. Simple.

Merci.

NB : Ceux qui le souhaiteront pourront relire ce texte et remplacer “l’intelligence du vivant” par le mot “Dieu”, c’est une question de vocabulaire. 🙂

Soul Body Poem

Accompagnement Thérapeutique
Massages
Écologie Intérieure

06 52 53 18 32